Voilà pourquoi nous devons suivre l’évolution de la situation en Chine avec beaucoup d’inquiétude

Opinion du 27/07/2021 de Fa Quix

Une Chine sûre d’elle devient de plus en plus ambitieuse et aspire à reprendre l’hégémonie mondiale à la place des Etats-Unis, sur le plan économique, certes, mais aussi sur le plan technologique, politique et militaire. Dans le même temps, le régime autoritaire se montre de plus en plus intolérant à l’égard des idées et des comportements qui s’écartent de la ligne rigide du parti. Et pas seulement envers ses propres entreprises et citoyens, mais aussi envers les entreprises étrangères. Demandez donc à la chaîne d’habillement H&M. En même temps, la Chine continue à donner libre cours à son expansionnisme économique sur nos marchés occidentaux.

La Chine, où le coronavirus a éclaté à grande échelle au début 2020, a également été la première à sortir de la crise. En outre, elle est la seule grande économie à avoir connu une croissance économique en 2020. En revanche, la Belgique a perdu entre 6 et 7 % de croissance de son PIB. L’idée du confinement (arrêt de l’économie) est une pratique chinoise que de nombreux pays occidentaux ont malheureusement copiée sans réfléchir. Cela a entraîné d’importants dommages économiques inutiles et une chaîne logistique désorganisée, dont nous ressentons encore les conséquences aujourd’hui.

En 2020, la Chine a également gagné du terrain sur nos marchés, tandis que nous avons pu vendre beaucoup moins. En 2020, les exportations de textiles belges vers la Chine ont diminué de 28,5 %, tandis que la Chine a continué à étendre sa position dominante avec 38,5 % d’exportations supplémentaires vers notre pays. Songez donc à l’importation massive de masques buccaux chinois. Ainsi, les conditions de concurrence inégales sont devenues encore plus inégales.

Il est toujours pratiquement impossible pour les étrangers de se rendre en Chine, par exemple pour y effectuer une prospection du marché ou y gérer des succursales. D’après ce qu’on dit, la Chine ne devrait pas rouvrir ses frontières avant l’été 2022. Cela offre bien sûr à leurs propres entreprises chinoises davantage d’opportunités sur leur propre marché et réduit ainsi la part de marché des fournisseurs occidentaux. Cela s’apparente donc à un protectionnisme déguisé.

Et que font nos autorités ? Ils n’en font pas assez. Le port de Zeebruges, par exemple, vient d’accorder une importante concession à une société chinoise, propriété de la ville de Shanghai, afin de faciliter la vente de produits chinois en ligne. Est-ce cela qu’on entendait par faire preuve d’un esprit plus critique à l’égard des investissements chinois ? Ou prenez l’accord d’investissement Europe-Chine, poussé par Merkel à la fin du mois de décembre, qui va augmenter les déséquilibres au lieu de les réduire. Autant de raisons suffisantes pour considérer la Chine et ses développements avec une grande inquiétude. Ils menacent notamment notre prospérité.

Fa Quix, directeur général