Pourquoi le gouvernement doit décider d'autoriser à nouveau le shopping à partir de ce week-end

Opinion du 25/11/2020 de Fa Quix

Le Comité de concertation se prononcera ce vendredi 27 novembre sur les assouplissements possibles. Il est compréhensible que nous ne puissions pas revenir d'un seul coup à notre vie d'avant. Mais un certain assouplissement est certainement possible sans pour autant affaiblir la lutte contre le virus. Par exemple, il importe que le Comité de concertation décide d'autoriser les achats dans les magasins 'non essentiels' dès ce week-end.

Pourquoi ? La première raison, et la plus importante, est que le shopping ne présente pas de risque significatif d'infection. En effet, lors de la première vague, beaucoup de mesures ont été prises pour rendre les magasins sûrs ('coronaproof'). Ainsi, on s'est accordé sur un nombre limité de personnes présentes simultanément dans le magasin, l'obligation de porter un masque buccal, des circuits à suivre et bien d'autres choses encore. Auparavant, il y avait aussi des mesures très restrictives telles que l'obligation de faire ses courses sur rendez-vous ou seul.

Avec l'assouplissement qui a suivi la première vague en mai, lorsque le shopping a été à nouveau autorisé, les chiffres du corona ont continué à baisser. La preuve donc qu'il est tout à fait possible de faire ses achats en toute sécurité.

En autorisant à nouveau le shopping dès ce week-end, le traditionnel rush de Noël pourra s'étaler sur tout le mois de décembre. Cela renforcera encore la sécurité. D'autre part, la distinction entre les magasins 'essentiels' et 'non essentiels' est purement arbitraire. Pourquoi les achats dans un supermarché seraient-ils sûrs, et pas ceux dans un magasin de meubles ? 

Et jetons un coup d’œil par-delà nos frontières ! Aux Pays-Bas, en Allemagne et au Luxembourg, les magasins n'ont jamais été fermés. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également annoncé qu'il lèverait le confinement et que les magasins rouvriraient à partir du 2 décembre. Quelques heures plus tard, le président français Macron a fait encore plus fort : tous les magasins en France rouvriront dès le week-end du 28 novembre. La Belgique restera-t-elle seule sur son île avec des magasins fermés ? Cela stimulera les achats transfrontaliers et, par conséquent, punira deux fois nos commerçants au cours d'une période extrêmement importante pour eux en termes de chiffre d'affaires. Car ce qui est dépensé ailleurs, ne peut plus l'être ici plus tard. 

Et n'oublions pas les plateformes en ligne ! Les magasins fermés poussent les consommateurs vers l'internet, vers les boutiques en ligne, où des entreprises de vente en ligne étrangères sont massivement aux commandes, telles que Zalando, Bol.com, Cool Blue... 

La fédération du commerce Comeos a calculé que chaque jour où les magasins restent fermés, ils perdent 100 millions d'euros de revenus. Bien entendu, cela leur fait très mal. Mais cela fait aussi mal à notre pauvre gouvernement, qui voit beaucoup de revenus en tva, en cotisations de sécurité sociale et autres lui passer sous le nez. Et il perd même plus que ça, à cause des nombreuses mesures de soutien nécessaires. 

Ouvrez les magasins ! Tous les magasins. Maintenant. Et sauvez ainsi notre économie. Et ces mesures de soutien seront beaucoup moins nécessaires. Et sachez que cela n'entrave pas la lutte contre le virus. 

Fa Quix, directeur général