Le bois (tropical) issu de forêts gérées durablement crée non seulement une valeur économique, mais il contribue en outre à la conservation de la nature

Opinion du 19/04/2019 de Fa Quix

En plus de la ‘durabilité’ et de la ‘bioéconomie’, la ‘circularité’ est aussi très rapidement devenue une notion populaire. De nombreux secteurs cherchent des manières de donner forme à cette circularité au sein de leur industrie. Nous misons aussi à fond là-dessus dans le secteur du textile, du bois et de l’ameublement. Côté textile, il y a par ex. le projet RETEX (voir www.dotheretex.eu). Et dans toutes les activités de transformation du bois, la circularité est depuis toujours ancrée dans les gènes, seulement... nous n’en faisons toujours pas assez étalage.

De plus, la perception publique n’est pas non plus de notre côté. Nous devons systématiquement recommencer à expliquer que l’utilisation du bois – moyennant le respect des conditions relatives à son origine durable bien évidemment – est un élément essentiel d’une gestion durable des forêts. 

Il est insensé de penser que la forêt puisse être sauvée en la mettant sous cloche et surtout en n’en exploitant plus le bois. Bien au contraire : le bois confère une valeur aux forêts et en utilisant le bois, nous contribuons à leur protection.

Prenez par exemple les forêts tropicales : en utilisant du bois tropical issu de forêts gérées durablement, la gestion forestière obtient une valeur économique, des emplois sont créés dans le pays d’origine et l’on contribue à une stabilité économique permettant aussi de réaliser une stabilité politique. Mais surtout, les forêts sont conservées, car de nouveaux arbres sont plantés. En revanche, si les forêts ne présentent plus de valeur économique, elles risquent de disparaître aux fins d’une autre utilisation des sols. 

Sans même parler des innombrables autres atouts du bois, principalement dans la lutte contre le réchauffement de la terre. Le bois joue notamment un rôle important comme réserve de carbone. Le carbone est extrait du CO2 et stocké lors du processus de croissance des arbres. Ensuite aussi – après la coupe des arbres –, ce carbone reste stocké dans le bois et dans les produits en bois qui en découlent. Par conséquent, plus nous utilisons de bois, plus cela profite au climat. Le carbone du CO2 est donc stocké dans le bois... et l’oxygène est diffusé dans l’atmosphère. D’où notre slogan pertinent : ‘Le bois oxygène’. Pour plus d’informations sur la campagne ‘Le bois oxygène’ (voir www.leboisoxygene.be), n’hésitez pas à contacter Ingrid Hontis ou Guy De Muelenaere ou Katja De Vos de Fedustria.

De plus, le bois apporte de l’oxygène à l’environnement au sens propre comme au sens figuré : aux créateurs, architectes, étudiants... Il s’agit d’un matériau naturel qui se laisse parfaitement travailler et qui exige peu d’énergie, qui est renouvelable, qui a un rayonnement chaleureux, et la liste est encore longue. Par ailleurs, les produits en bois peuvent être recyclés à la fin de leur durée de vie. La Belgique fait partie des leaders en Europe à cet égard.

Il est donc grand temps d’oser attirer davantage l’attention sur l’utilisation du bois. Le bois mérite à juste titre une image positive. Nous lançons un appel chaleureux à toutes nos entreprises membres à propager encore bien davantage le slogan ‘Le bois oxygène’ via leurs propres canaux et contacts !

Fa Quix, directeur général, et Filip De Jaeger, directeur général adjoint