La surenchère de barrières commerciales menace la croissance – Ce sont particulièrement les petites économies ouvertes, comme la Belgique, qui vont le ressentir

Opinion du 14/09/2018 de Fa Quix

La Commission européenne suit de près les obstacles au commerce et aux investissements. Le (huitième) rapport annuel publié juste avant les vacances d’été indiquait que toujours plus de barrières commerciales s’érigeaient dans le monde entier, notamment bien sûr les mesures du gouvernement Trump. Mais pas uniquement...

Sur base de l’analyse de ce rapport annuel, la FEB observe parmi les 57 pays sondés une augmentation significative du protectionnisme dans les pays du G20. Dans la base de données de la Commission européenne (Market Access Data Base), on compte 396 barrières commerciales, soit une augmentation de 67 (nouvelles) en 2017. Les mesures les plus protectionnistes du Président américain n’ont pas encore été comptabilisées, puisqu’elles n’ont été clairement visibles que cette année. La plupart des nouveaux obstacles commerciaux venaient de la Chine (10), de la Russie (6), de l’Afrique du Sud (4) et de l’Inde (3). Des pays comme la Chine et l’Inde, qui reprochent à l’Europe de ne pas ouvrir suffisamment son marché, semblent donc être les plus grands pécheurs.

Généralement, il ne s’agit pas d’augmentations des droits de douane, mais de mesures plus déguisées, sous la forme de barrières non tarifaires. Sous couvert d’arguments sanitaires ou phytosanitaires, ou au nom de la cybersécurité (en Chine par ex.), ou encore pour des tests de certification et de conformité. Souvent ces motifs ne sont pas fondés, et il s’agit purement de verrouillage du marché. La Commission européenne combat ce genre de mesures, souvent avec succès (un argument en plus en faveur de l’Europe !). En effet, en coopérant avec les partenaires commerciaux concernés, la Commission a pu éliminer 45 obstacles dans 13 secteurs économiques. La stratégie européenne d’accès au marché fonctionne. Mais malheureusement, de nouveaux obstacles surviennent tout aussi rapidement...

En tant qu’entreprise, vous pouvez aussi enregistrer les barrières commerciales dans la base de données susmentionnée (http://madb.europa.eu/madb/complaint_register_form.htm), soit directement, soit par notre intermédiaire. 

Dans une petite économie ouverte comme la Belgique, le commerce international est primordial pour la prospérité et la croissance de la prospérité. 

Une analyse a démontré qu’aucun autre pays n’était aussi dépendant des exportations pour son économie. Ces dernières années, la Belgique perd des places dans le classement européen en termes de croissance. Cela s’explique en partie par le climat international de plus en plus difficile.

Avec la FEB, nous plaidons en faveur d’une Europe qui conserve son système commercial multilatéral et ouvert, gouverné par les règles internationales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La FEB défend également les efforts annoncés par la Commission pour relancer l’OMC en tant que garante du ‘rules-based free and fair trade’.

Fa Quix, directeur général