La politique de lutte contre le coronavirus est disproportionnée et infondée

Opinion du 18/12/2020 de Fa Quix

N’est-il pas très étrange que les infections aient augmenté de manière très synchronisée en septembre et octobre dans la quasi-totalité des pays européens ? Alors que chacun de ces pays a pris des mesures différentes pour lutter contre ces infections à différents moments, certaines très strictes, d’autres plutôt souples. Et pourtant, on observe des évolutions presque identiques. Un ‘effet hivernal’ joue-t-il un rôle, comme certains l’affirment ?

Cette hausse synchronisée durant le mois de septembre a coïncidé avec la fin de l’été, lorsque nous sommes entrés de plain-pied dans l’automne et que les gens sont donc brusquement restés davantage à l’intérieur. Le mois d’octobre s’est caractérisé par une diminution des activités dans les parcs et en plein air. 

En d’autres termes : les changements météorologiques et, par conséquent, les changements de notre comportement (plus à l’intérieur, à la maison) expliquent en grande partie le schéma synchronisé des infections en Europe.

Dès lors, les nombreuses mesures de lutte contre le coronavirus n’atteignent pas leur objectif. ‘L’effet hivernal’ s’avère beaucoup plus fort que ces mesures. Voici un siècle, la grippe espagnole a également déferlé par vagues, trois pour être précis, durant un peu plus d’un an. Les mesures prises n’ont pu qu’atténuer ses effets, mais n’ont pu la contrer. Nous pouvons donc tirer les enseignements du passé.  

Par ailleurs, la politique de lutte contre le corona est disproportionnée et infondée. Les experts semblent spéculer sur les éventuelles causes de l’augmentation du nombre d’infections. Des mesures telles que la fermeture de magasins non essentiels, par exemple, étaient et restent une mauvaise décision ! Ce que les Pays-Bas et l’Allemagne ont malheureusement aussi décidé récemment : cette décision est et demeure disproportionnée et infondée. Faire ses courses n’est pas une source majeure d’infection. Et, sur la base de ce constat, l’horeca, les coiffeurs et autres professions de contact peuvent également reprendre leurs activités dans le respect des mesures de lutte contre le coronavirus. Cela réduirait considérablement les énormes dégâts économiques et sociaux.  

Il est évident que l’économie et la vie sociale doivent reprendre leurs droits autant que possible. Dans le respect des mesures de lutte contre le corona, naturellement. Et cela signifie : toujours respecter les règles d’hygiène de base (distanciation sociale, se désinfecter les mains, porter un masque buccal si nécessaire, assurer une ventilation suffisante des locaux intérieurs, ...). Mais ne surtout pas fermer les magasins ni interrompre les activités des entreprises ! Tous les secteurs de l’économie, des loisirs, de la culture et autres ont beaucoup appris de la première vague et ont convenu de règles spécifiques (protocoles), en concertation avec le gouvernement. Ils ont démontré qu’il est possible de travailler et de recevoir des clients dans le respect des mesures de lutte contre le coronavirus.Il est donc urgent de prendre des mesures proportionnées, fondées et qui s’avèrent nécessaires. Car notre économie nous est indispensable pour payer les soins médicaux de demain.

Fa Quix, directeur général