La sortie de cette crise ? Redémarrer le plus vite possible et en toute sécurité la construction et le commerce, ici et ailleurs

Opinion du 23/04/2020 de Fa Quix

Le fait que les différentes autorités publiques aient rapidement pris un certain nombre de mesures pour soutenir les entreprises rencontrant des problèmes de liquidités est bien évidemment une bonne chose. Deux grands volets sous-tendent ces mesures : le volet social, avec le chômage temporaire pour cause de force majeure et le volet financier, avec le plan bancaire et les mesures y afférentes. Il est vrai qu’on éprouve ainsi quelque soulagement... bien que toutes les mesures ne soient pas encore entièrement entrées en vigueur et qu’il reste à voir si les banques et les assureurs-crédit assumeront effectivement leur rôle dans cette crise du coronavirus.

Il n’est que normal que le gouvernement intervienne. Les entreprises n’ont pas créé cette situation et pourtant, elles sont bel et bien victimes du confinement. Ce ‘lockdown’ a été instauré à la mi-mars, de façon soudaine et peu nuancée. 

Et même si on pouvait initialement le comprendre, il est cependant très regrettable qu’une stratégie de déconfinement n’ait pas été élaborée et surtout, mise en œuvre plus rapidement.

Ce n’est qu’après cinq semaines de confinement que les mesures s’assouplissent légèrement dans notre pays, avec l’ouverture des jardineries et des magasins de bricolage. Ces commerces, tout comme les parcs à conteneurs et les magasins de meubles, n’auraient en fait jamais dû être fermés, puisqu’ils étaient et sont parfaitement en mesure d’appliquer et de respecter les règles de sécurité, et ce, au moins aussi bien voire mieux que les supermarchés (qui ne vendent par ailleurs pas que des produits alimentaires).

Mais pire encore : il est clair que le Conseil national de Sécurité, qui a décidé de la réouverture des jardineries et des magasins de bricolage, ait agi de façon arbitraire. Car pourquoi na-t-on pas permis en même temps la réouverture des magasins de meubles ou délectroménagers ? Et de tous les magasins en mesure de respecter les règles de sécurité et de distanciation sociale ? En cette période de crise, il est devenu clair qu’il y a un réel manque de leadership politique dans notre pays. Dans des pays comme l’Allemagne et l’Autriche, où le confinement est également observé de façon très stricte, il a bien plus vite été fait preuve de flexibilité afin de sauver l’économie. Les petits magasins y ont déjà rouvert à la mi-avril. Grâce à un leadership fort et cohérent.

Heureusement que le secteur de la construction travaille à nouveau. La construction est en effet un important client de nos secteurs. Mais cela aurait pu se produire plus rapidement si certains représentants syndicaux avaient collaboré dès le début d’une manière plus constructive.

Maintenant, c’est le commerce qui doit redémarrer le plus rapidement possible. Cette relance devait passer par le biais de ‘protocoles sectoriels’ (également pour les secteurs de Fedustria). Pourquoi est-ce que tout doit avoir lieu de façon si bureaucratique dans notre pays, même en période de crise ? 

Chaque semaine perdue entraîne inutilement des dommages économiques supplémentaires, alors qu’ils sont déjà considérables. Il faut avoir pleinement conscience du fait qu’il n’y a pas d’emploi sans entreprises et pas de sécurité sociale forte sans économie forte !

Etant donné que nous sommes axés sur l’exportation, il est évidemment essentiel que nos pays voisins et les autres marchés d’exportation, comme les Etats-Unis par exemple, rouvrent également le plus vite possible. Une certaine coordination de la stratégie de déconfinement est donc souhaitable au sein de l’Europe. Mais comme la crise liée au coronavirus évolue différemment selon les pays, la sortie du confinement ne pourra pas avoir lieu partout au même moment ou de la même manière. Nous devons surveiller attentivement où la stratégie de sortie s’avère possible et cibler nos activités en conséquence.

Nous devons tout mettre en œuvre pour surmonter cette crise sans précédent. Et ensuite, travailler sans relâche à notre avenir et à celui des entreprises, des personnes et de notre société tout entière.

Fa Quix, directeur général