Rouvrir l’économie aussi vite que possible de manière complète et définitive, grâce aux protocoles sectoriels

Opinion du 23/04/2021 de Fa Quix

“C’est de la négligence coupable”, déplore le secteur alors que le directeur artistique du théâtre royal flamand de Bruxelles (KVS) Michael De Cock annonce une réouverture coûte que coûte le 26 avril. Il semble que nos dirigeants, paralysés par la peur, ne soient plus en mesure de proposer des solutions constructives et créatives.

Entretemps, le pic de la troisième vague est passé. Début mai, la vaccination des personnes âgées vulnérables et des groupes à risque aura déjà bien avancé. Les températures printanières et (espérons-le) le soleil attireront les gens à l’extérieur. Souvenez-vous l’an dernier : nous avions constaté un recul considérable des contaminations à partir de la fin du mois d’avril, alors qu’aucun vaccin n’existait à l’époque. Cela permettra de réduire progressivement la pression sur les hôpitaux.

Le Comité de concertation a commis une erreur en ramenant la fameuse ‘bulle extérieure’ de dix à quatre personnes. Le risque de contamination à l’extérieur est en effet nul, ou presque. À peine une contamination sur mille (0,1 % donc) se produit en effet à l’extérieur, et dans des conditions spécifiques qui plus est. La restriction des activités pour les enfants et les jeunes durant les vacances de Pâques était une aberration. Une fois de plus, ce sont les jeunes qui en ont fait les frais. Sans oublier leurs (grands-)parents, parfois obligés de prendre congé vu l’absence de solution pour garder les enfants. Une situation qui a provoqué son lot de problèmes d’organisation dans les entreprises. 

Bientôt, le taux de vaccination sera le véritable game changer. Grâce à lui, l’objectif ultime – éviter l’effondrement du système de santé – sera atteint. Et la menace sera bientôt définitivement écartée. Il est donc normal que la société et l’économie puissent être rouvertes rapidement, de manière complète et définitive, l’horeca et la culture y compris naturellement, chacun avec ses propres protocoles de sécurité. Le shopping doit à nouveau être synonyme de liberté, sans ‘toutes ces absurdités’, pour reprendre les mots d’un commerçant. Fini les courses sur rendez-vous, fini le chronométrage du temps passé en magasin. Retour au plaisir du shopping ! Et direction ensuite la terrasse du café voisin pour partager une mousse fraîche en bonne compagnie !

Fa Quix, directeur général