L’économie circulaire, oui... mais entre le rêve et la réalité, il y a des lois qui font obstacle, des entraves techniques... et des coûts élevés, et cela on l’oublie souvent

Opinion du 16/07/2021 de Fa Quix

Il existe de nombreuses bonnes raisons pour lesquelles nous devons miser sur une économie circulaire. Par exemple, la réduction de la consommation totale de matières premières en utilisant les produits plus longtemps, en encourageant la réutilisation, en recyclant les matières premières, en explorant d’autres modèles commerciaux, etc. Ces mesures épargnent la planète. Et nous devenons également moins dépendants des fournisseurs de matières premières étrangers.

‘L’économie circulaire’, c’est facile à dire, mais malheureusement pas facile à faire. Les bons exemples dans notre industrie du textile, du bois et de l’ameublement (et heureusement, ils sont nombreux !) ne peuvent dissimuler le fait que le défi est et reste particulièrement lourd et de taille. Un grand nombre de recherches et d’innovations sont encore nécessaires pour pouvoir faire un nouveau grand pas en avant dans ce domaine. Et ce sera plus facile dans une entreprise que dans une autre, tout comme cela variera d’un produit à l’autre. Heureusement, nous pouvons compter sur l’engagement et l’expertise de nos deux centres technologiques sectoriels, Centexbel pour le textile et Wood.be pour le bois et l’ameublement. Nos centres de formation Woodwize et Cefret jouent également un rôle important.

Le défi de l’économie circulaire ne fait que s’amplifier. Dans l’annexe à ce Fedustria News, les conseillers environnementaux de Fedustria ont résumé les défis auxquels les entreprises seront confrontées, principalement lancés par l’Europe. Et ce n’est pas une sinécure. De nombreuses entreprises devront beaucoup réfléchir. Car l’économie circulaire, oui... mais entre le rêve et la réalité, il y a des lois qui font obstacle, des entraves techniques... et des coûts élevés. Et cela, on l’oublie souvent. Pourtant, quelqu’un devra payer la note.

Les autorités wallonnes veulent y répondre avec la stratégie ‘Circular Wallonia’. Parmi les chaînes de valeur prioritaires figurent le secteur textile et le secteur de la construction (dont de nombreuses fournitures proviennent des secteurs du bois et de l’ameublement). Un budget global de 184 millions d’euros a été prévu à cet effet. Dans certaines entreprises, le modèle économique devra être fondamentalement repensé. Et est-ce encore économiquement rentable ? Pas de durabilité écologique sans durabilité économique. Mais l’inverse est également vrai : ne pas prêter attention à l’économie circulaire n’est plus une option à ce jour.

Fa Quix, directeur général